Poème de maître Wanshi : « Le chant de l’illumination silencieuse »

 Lorsque dans le silence tout mot est oublié

 Cela apparaît devant vous avec netteté

Lorsque vous le réalisez, le temps n’a plus de limite

Et c’est le moment où votre milieu vient à la vie

Cet esprit merveilleux brille de pureté et de rareté

Comme l’aspect de la lune

Comme une rivière d’étoiles

Comme les pins vêtus de neige

Et les nuages enveloppant les cîmes

En rayonnant, leur halo merveilleux

Luit dans l’obscurité

Pareil au rêve du héron volant dans l’espace illimité

Pareil à l’étang immobile d’un automne lumineux

Le temps sans limite se résout à l’inutile

Et rien n’est discernable

Dans cette lumière, tout effort est oublié.

Quel est le lieu de cette splendeur

Où lumière et clarté chassent toute confusion?

L’essence d’un atome pénètre l’infinitésimal

C’est la navette d’or sur le métier de jade

Sujet et objet s’influencent mutuellement

Lumière et obscurité dépendent l’une de l’autre

Lorsque leur action réciproque est harmonie

Il n’y a plus dépendance de l’esprit et de la lettre

Buvez les medecines des vues justes

Frappez le tambour des calomnies vénéneuses

Lorsque silence et lumière sont parfaits

Vie et mort sont ma décision

En définitive le un passe le pas de la porte

Le fruit mûrit sur sa branche

Seul ce silence est l’enseignement ultime

Seule cette lumière est la réponse universelle

La réponse sans effort, l’enseignement inaudible

Tout dans l’univers brille et prêche le Dharma.

(…)  Extrait

Maître Wanshi   (Chine, 12e  siècle)