A chaque instant la vérité est là …

C’est un lieu commun : notre société nous invite sans cesse à la consommation, au divertissement, à nous tourner vers le superflu. Un superflu que nous payons tres cher, que nous payons de notre liberté, que nous payons de notre tranquilité d’esprit.

Nous croyons trouver le bonheur dans toutes sortes d’illusions, mais en courant sans cesse après ces illusions, nous perdons la joie pure de l’existence.

Dans le dojo, en zazen, sur l’espace d’un zafuton, toute chose s’éclaire d’elle-même.

Dès lors que l’on abandonne l’idée du moi, notre nature profonde, notre nature de Bouddha se manifeste, sans paroles, sans images, sans pensées, sans mémoire – c’est zazen.

Dans le monde de la société, la mémoire est considérée come quelque chose de très important, c’est la bagage de notre moi. Bien sûr on a besoin de mémoire pour vivre en société, mais pour être Bouddha, la mémoire n’a aucun intérêt, aucune importance. A chaque instant, la vérité est là, pleine, entière, devant nous. Elle s’éclaire d’elle-même, c’est léveil. La vérité n’a pas de mémoire, elle est neuve à chaque instant.  (…)

Le principe originel, la nature profonde de l’univers englobe toute chose. Ne doutez pas de cela, la foi dans notre esprit profond.

 

Hosetsu Laure Scemama