Le zen : philosophie ou religion ?

On cherche souvent à mettre une  étiquette sur  sur le zen…  On se demande si c’est une religion, une philosophie, une morale, une « science de l’esprit »…

Maître Kodo Sawaki, 1880 - 1965, un des grands enseignants et réformateur du zen au Japon
Le Maître zen Kodo Sawaki 1880 – 1965

Mais ces catégories sont issues de notre histoire occidentale, aucune ne lui correspond vraiment !

Le zen est une école du bouddhisme né en Inde.  L’enseignement du Zen a pénétré en Chine au  6e siècle sous le nom de Chan puis s’est transmis au Japon  au 13e siècle jusqu’à nos jours.  Enfin, il est parvenu en Occident dans les années 70 à travers des enseignants pionniers tels que MokudoTaisen (France)  ou Shunryu Susuki (Etats-unis).

L’enseignement du zen  met l’accent sur la pratique de l’assise silencieuse qu’est le « zazen ». Il s’enracine dans le présent et invite à tourner son regard vers l’intérieur, observer son propre esprit,  s’éveiller à la « réalité telle qu’elle est ».

De nombreux enseignements en vogue dans des courants médicaux tels que la pleine conscience sont tirés de cette voie ancestrale.

Cependant, à travers les âges, la voie du zen est restée fraîche et entière, renouvellée sans cesse à travers la succession des maîtres zen.

Zazen est une pratique qui s’ouvre sur la liberté intérieure, une pratique qui porte au delà de nos conceptions limitées, de nos enfermements, de nos croyances.  Les superstitions ne sont pas son propos, mais un esprit matérialiste ne l’est pas non plus.

En définitive, on ne peut se faire une idée de ce qu’est le zen sans l’expérimenter. Naturellement,  au fil de la pratique, le zen nous premet de nous retrouver, d’être plus « intime avec nous-mêmes ».  Nous comprenons alors mieux, en même temps, notre unité avec toutes les existences.

Entrée du monastère de kanshoji (fr), dont notre dojo est une filiation.
Entrée du monastère de kanshoji (fr), dont notre dojo est une filiation.

Voie de sagesse et de compassion, cette voie ne se pratique pas seulement pour soi mais également pour les autres : un esprit de responsabilité, d’entraide et d’empathie pour toutes les existences y est fortement lié!

Au coeur de ce monde en flammes, où ne cessent de croître les poisons de l’avidité, de la haine et de l’ignorance, la pratique du zen nous paraît chaque jour plus utile à aider l’humanité.

Panneau didactique au monastère Kanshoji.
Panneau didactique au monastère Kanshoji.

 

 

 

Share